fbpx

Découvrez comment vous protéger et comment obtenir le rendement le plus élevé pour votre investissement

Étant donné que votre maison est le bien le plus précieux que vous possédez, la mettre en vente représente probablement l’une des décisions les plus importantes que vous aurez à prendre dans votre vie. Afin de bien comprendre le processus de vente d’une maison, un guide a été préparé, basé sur les rapports de compagnies présentement actives sur le marché.

Ces 27 points vous renseigneront sur la façon dont vous devez vous protéger, et sur ce que vous devrez mettre en place afin d’obtenir le rendement le plus élevé, c’est à dire réaliser un maximum de profit, le tout sans être stressé et tout en vous permettant d’être en parfait contrôle de la situation.

 1. Bien cerner ce qui vous a poussé à mettre votre maison en vente

Votre motivation à vendre est sans aucun doute le facteur à la base du processus de vente. Elle aura de l’impact sur le prix demandé ainsi que sur le temps, l’argent et l’effort que vous êtes prêt à investir dans la préparation de votre maison à la vente. À titre d’exemple, votre but peut être de vendre rapidement, ce sera donc votre approche choisie. Si au contraire vous désirez maximiser vos profits, le processus de vente sera plus long et une toute autre approche sera alors utilisée.

 2. Gardez pour vous les raisons qui vous poussent à vendre

Les raisons qui vous poussent à vendre seront déterminantes lors des négociations du prix de vente. Ne pas révéler les motifs de vente permet de ne pas donner à l’acheteur un certain pouvoir lors des négociations. Par exemple, porter à leur attention que vous devez déménager le plus rapidement possible pourrait vous désavantager lors des négociations. Lorsque ceux-ci vous poseront la question, répondez-leur tout simplement que vos besoins ont évolué et que votre maison actuelle ne répond plus à ces besoins. Rappelez-vous que vous pouvez garder pour vous les raisons vous poussant à mettre votre propriété en vente.

 3. Avant de déterminer le prix de vente – Faites vos devoirs

Lorsque vous déterminez un prix de vente, vous indiquez aux acheteurs le prix maximum qu’ils devront débourser pour celle-ci. En tant que vendeur, vous voulez que le prix de la transaction se rapproche le plus possible du prix demandé. Si ce prix est à la hausse, vous perdrez de la crédibilité face aux acheteurs et leurs agents. Un prix trop bas fera en sorte que vous ne vendrez pas au prix voulu.

Déterminer le prix de vente de votre maison

Si votre maison est située dans un nouveau développement – Il est probable que celle-ci ait été construite suivant les mêmes plans et à la même période que les autres maisons de votre quartier, vous pourrez alors vous inspirer des ventes récentes ayant eu lieu dans votre quartier pour vous donner une bonne idée du prix que vous pourrez vous-même demander.

Si votre maison est située dans un quartier moins récent – Dans ce cas, la plupart des maisons de votre quartier devraient contenir des différences mineures ou plus importantes, et probablement que celles-ci ne sont pas comparables à la vôtre. Il vous faudra alors faire appel à un courtier immobilier qui pourra vous aider à fixer le prix de votre maison.

Si vous décidez de vendre sans avoir recours à un courtier – Une bonne façon d’établir la valeur de votre maison est de vous renseigner sur les maisons de votre quartier ayant été vendues dans les 6 derniers mois, en plus de celles étant présentement sur le marché. C’est ainsi que les acheteurs potentiels évalueront la valeur de votre maison. Vous renseigner à l’hôtel de ville peut aussi vous fournir plusieurs informations, ces renseignements étant accessibles au public pour la plupart des villes.

 4. Magasinez vous-même des maisons

La meilleure façon de connaître vos compétiteurs et de découvrir ce qui repousse les acheteurs est de visiter vous-même des maisons. Prenez soin de bien remarquer les plans de la maison, la condition de celle-ci, son apparence, l’espace de stationnement, où elle est située et autres caractéristiques que vous remarquerez. Surtout, ne vous contentez pas de vous renseigner sur le prix demandé, mais bien à quel prix ils sont prêts à vendre. Et rappelez-vous, afin de vendre rapidement votre propriété, ne fixez pas un prix trop élevé par rapport aux autres maisons.

 5. Avoir recours à une évaluation comporte des effets bénéfiques

Une bonne évaluation peut comporter des effets bénéfiques reliés au processus de vente de votre maison. C’est en effet une bonne façon de déterminer et de laisser savoir aux acheteurs potentiels la valeur de votre propriété. Bien entendu, une évaluation implique des coûts, en plus d’être valable pendant une période de temps limitée, et il se peut que vous ne soyez pas satisfait de la valeur alléguée par l’évaluateur.

 6. Évaluations fiscales – Ce qu’elles sont en réalité

Pour certaines personnes, procéder à une évaluation fiscale revient à procéder à une évaluation de la valeur de leur propriété. Le problème qui se pose est celui-ci : l’évaluation fiscale tient compte de critères n’étant pas reliés à la valeur de votre propriété, l’évaluation fiscale ne représente donc pas la valeur réelle de votre maison.

 7. Décider de faire affaires avec un courtier immobilier

Selon l’association nationale des courtiers immobiliers, 2 personnes sur 3 ayant elles-mêmes vendu leur propriété auraient recours à un agent si c’était à refaire. Les raisons principales étant la détermination du prix, la visibilité, les responsabilités ainsi que les contraintes de temps que cela implique. Il est conseillé d’avoir deux ou trois courtiers en tête si vous décidez d’être représenté. Soyez à l’affut des commissions demandées, certaines étant trop basses et d’autres beaucoup trop élevées.

Les agents ne sont pas tous les mêmes! Les professionnels connaissent le marché et détiennent plusieurs informations relatives aux ventes passées, aux inscriptions actuelles, et en plus de posséder une stratégie de vente, ceux-ci vous renseigneront sur leurs expériences passées, références à l’appui. Évaluez chaque candidat en portant une attention particulière à l’expérience détenue par celui-ci, ses qualifications, son enthousiasme à vendre ainsi que sa personnalité. Soyez assuré que vous pourrez lui faire confiance et que la personne choisie fera en votre nom un travail remarquable.

Si au contraire vous décidez de vendre par vous-même, vous pourrez tout de même obtenir certains renseignements en vous adressant à un agent. Certains voudront vous aider avec la paperasse, les contrats, etc. et si des problèmes surgissent, vous aurez ainsi quelqu’un à qui faire appel.

 8. Assurez-vous qu’il y a place aux négociations

Avant d’apposer un prix à votre propriété, assurez-vous que celui-ci laissera place aux négociations. Pour ce faire, déterminez votre prix de vente le plus bas ainsi que celui le plus élevé. Ensuite, selon vos priorités, le prix demandé sera élevé afin de maximiser vos profits ou au contraire, il sera bas, se rapprochant du prix du marché afin de favoriser la rapidité de la vente.

 9. Les apparences sont importantes – Faites en sorte qu’elles comptent!

Les apparences sont si importantes que vous ne pouvez les ignorer lorsque vient le temps de mettre votre propriété en vente. C’est en effet l’apparence de votre maison qui générera chez les acheteurs des émotions de bien-être dans votre maison, plus que tout autre facteur. Les acheteurs potentiels réagissent à ce qu’ils voient, entendent, ressentent, et même les odeurs sont importantes, et ce, même si la maison a été préparée dans le but de la vendre.

 10. Favorisez les opinions honnêtes des gens par rapport à votre maison

Une grave erreur consiste à se fier à son propre jugement en ne tenant pas compte des opinions extérieures. Soyez à l’aise de demander l’opinion honnête des gens par rapport à votre maison. Il est important d’être objectif quand vient le temps de déterminer les points forts et les points faibles de celle-ci.

Heureusement, votre courtier immobilier est bien placé pour discuter avec vous de ce qui peut être fait afin de rendre votre maison plus attrayante.

 11. La maison doit être parfaitement nettoyée et réparée, et même les détails pouvant paraître insignifiants sont importants

Nettoyez, rangez le désordre, enlevez la poussière, réparez les portes qui grincent, les interrupteurs qui ne fonctionnent pas, les fentes des miroirs de la salle de bain qui peuvent être considérées comme étant dangereuses par certains acheteurs potentiels, car on ne sait jamais ce qui peut les décourager d’acheter.

Rappelez-vous que la compétition provient aussi des maisons neuves.

 12. Permettez aux acheteurs de se visualiser dans votre maison

Les gens qui visiteront votre maison ne doivent pas avoir l’impression qu’ils s’introduisent dans la vie de quelqu’un d’autre. Évitez le désordre ainsi qu’un trop grand nombre de bibelots. Décorez en vous rappelant qu’il vaut mieux rester dans les couleurs neutres, tel le blanc et le beige, tout en vous permettant d’ajouter quelques items soigneusement choisis qui viendront ajouter un aspect chaleureux et qui donneront du caractère à votre maison. Il est possible de rendre votre maison encore plus attrayante en y ajoutant par exemple un pot de fleurs que vous aurez placé dans un endroit bien choisi ou encore avec du potpourri dans la salle de bain. Inspirez-vous des revues de décorations intérieures.

 13. Les mauvaises odeurs doivent être chassées!

Vous ne l’avez peut-être pas encore réalisé, mais les odeurs étranges provenant par exemple de la nourriture, des animaux et de la cigarette peuvent vous empêcher de conclure une vente. Les acheteurs qui apprennent que vous fumez ou que vous avez des animaux porteront toute leur attention sur les odeurs de la maison et vont peut-être même s’imaginer des taches qui n’existent pas. Ne leur donnez pas d’indices à ce sujet.

 14. Soyez un vendeur intelligent – Révélez tout

Les vendeurs intelligents se protègent en révélant aux acheteurs tous les défauts portés à leur connaissance, en prenant le soin de les mettre par écrit, et ce afin de se dégager de toute responsabilité et d’éviter les poursuites judiciaires.

 15. Avoir plusieurs acheteurs constitue un avantage

Si votre maison détient une bonne visibilité sur le marché, probablement qu’il n’y aura pas qu’un seul acheteur intéressé. Attirer plusieurs acheteurs créera une compétition entre ceux-ci, ce qui est préférable à un seul acheteur qui soit en compétition avec vous-même.

 16. Ne laissez pas vos émotions paraître pendant les négociations

Vous devez laisser aller l’émotion souvent rattachée à votre maison. Soyez détaché, et faites preuve de professionnalisme lors des négociations. Vous en retirerez assurément un avantage par rapport à ceux qui se laissent guider par leurs émotions dans cette situation.

 17. Tentez de découvrir ce qui motive l’acheteur

Bien connaître l’acheteur vous permettra que les négociations penchent en votre faveur. Vous pourrez en effet contrôler le rythme et la durée du processus de négociation.

C’est un fait, les acheteurs tentent d’acheter au prix le plus avantageux afin de débourser le moins d’argent possible. Savoir ce qui les motive vous permettra de mieux contrôler les négociations. Par exemple, la motivation de votre acheteur peut être de devoir déménager rapidement. Connaître cette information vous place dans une meilleure position lorsque vient le temps de négocier.

 18. Les moyens financiers réels de l’acheteur

Tentez de découvrir le plus rapidement possible le montant de l’hypothèque auquel l’acheteur peut accéder ainsi que le montant du dépôt initial. Dans le cas d’une offre peu élevée, demandez au courtier de l’acheteur si ce dernier a réellement la capacité de payer pour votre maison.

 19. Le moment où l’acheteur aimerait conclure la vente

Bien souvent, le moment où l’acheteur aimerait conclure la vente est en fait le moment où ce dernier a besoin de conclure. C’est pourquoi il vous faut découvrir les dates limites que ceux-ci se sont fixées, afin de faire pencher encore une fois les négociations en votre faveur.

 20. Ne signez jamais d’entente sur votre prochaine propriété avant d’avoir vendu la vôtre

N’achetez pas de nouvelle maison alors que vous faites toujours des paiements hypothécaires sur votre maison actuelle, car vous pourriez avoir hâte de vendre et même être désespéré au point de conclure le contrat avec la première personne vous présentant une offre.

 21. Déménager avant la vente peut être désavantageux pour vous

Il a été prouvé qu’une maison inhabitée est plus difficile à vendre, celle-ci risquant de tomber dans l’oubli et de ne plus être attirante aux yeux des acheteurs. Ceux-ci reçoivent comme message que vous êtes déjà bien installés dans une nouvelle maison et que vous êtes plus que prêts à vendre. Il pourrait vous en coûter quelques milliers de dollars.

 22. Les délais comme désavantage

Ne vous donnez pas de date limite pour vendre. Il s’agit d’une pression inutile que vous vous infligez en plus de représenter un désavantage sérieux lors des négociations.

23. Une offre peu élevée – Ne le prenez pas personnel

L’offre initiale sera assurément plus basse que ce que l’acheteur est en réalité prêt à débourser pour votre maison. Ne vous fâchez pas, au contraire évaluez cette offre objectivement. Assurez-vous que celle-ci comprend le prix de l’offre, un dépôt suffisant, le montant de l’acompte, le montant de l’hypothèque, une date de conclusion de l’entente ainsi que toute autre demande reliée à la vente. Cette première offre représente le point de départ des négociations.

 24. Refusez cette offre peu élevée

Vous pouvez refuser cette offre ou toute autre offre que vous jugez trop basse, se situant en dessous du prix demandé. L’acheteur sentira alors que sa première offre n’a pas été prise au sérieux. Vous pourrez alors négocier avec des acheteurs qui font preuve d’un peu plus de sérieux.

 25. L’acheteur n’est peut-être pas qualifié

Lorsqu’une offre vous paraît inadéquate, c’est le moment de vous assurer que l’acheteur détienne la capacité de payer l’hypothèque reliée à l’achat de votre maison. Demandez comment celui-ci est parvenu à ce chiffre, puis suggérez-lui de comparer votre prix au prix des autres maisons du quartier.

 26. Assurez-vous que le contrat soit complet

Afin de vous éviter des problèmes, assurez-vous que tous les termes, les conditions, les coûts et les responsabilités de chacun soient explicités dans le contrat de vente. Le contrat devrait inclure la date à laquelle il a été conçu, le nom des parties, l’adresse de la propriété en cause, le prix d’achat, l’endroit où les dépôts seront faits, la date de l’acceptation hypothécaire, l’endroit et le moment de la conclusion de l’entente, incluant toute éventualité devant être réglée et les biens inclus dans la vente (ainsi que ceux qui ne le sont pas).

 27. Ne déviez pas de ce que le contrat prévoit

Par exemple, si l’acheteur demande à emménager avant la date de la conclusion de l’entente, répondez que c’est impossible puisqu’on vous a avisé de ne jamais accepter de procéder ainsi. Mieux vaut ne pas prendre la chance que l’entente échoue.