fbpx

Une approche systématisée du processus d’achat d’une propriété peut vous aider à éviter de tomber dans les pièges les plus communs qui guettent les acheteurs, vous permettant non seulement de couper dans les coûts mais aussi de vous assurer de vous retrouver dans la maison qui vous convient.

Peu importe la façon dont vous percevez la situation, acheter une maison représente un investissement majeur. Mais pour plusieurs acheteurs, ce processus peut être beaucoup plus dispendieux qu’il n’a en réalité besoin de l’être, ceux-ci devenant la proie de quelques-unes des erreurs communes et coûteuses qui les guettent, soient :

• payer un montant trop élevé pour la maison qu’ils désirent, ou
• perdre la maison de leur rêve aux mains d’un autre acheteur, ou
• (pire) acheter une maison qui ne correspond pas à leurs besoins.

Adopter une approche systématisée lors de l’achat d’une maison vous aidera à ne pas tomber dans ces pièges, et vous permettra non seulement de couper dans les coûts mais aussi de vous retrouver dans la maison qui vous convient.

9 pièges à éviter

Ce rapport regroupe les 9 erreurs les plus communes et les plus coûteuses pour les acheteurs se retrouvant pris au piège. Il vous aidera à les identifier et surtout, à les éviter :

 1. Offres faites à l’aveuglette

Quel sera le prix de l’offre que vous présenterez sur une maison? Le prix demandé par le vendeur est-il trop élevé, ou est-ce au contraire un bon prix. Si vous ne faites pas de recherches au niveau du marché afin de comparer la maison qui vous intéresse aux autres étant présentement en vente, présenter votre offre reviendrait à la présenter les yeux fermés. Sans cette connaissance de la valeur marchande, vous pourriez facilement offrir trop ou au contraire ne pas réussir à présenter une offre compétitive sur une maison de valeur élevée.

2. Acheter la mauvaise maison

Que recherchez-vous dans une maison? Il s’agit d’une question simple, mais la réponse peut être parfois complexe. Il peut arriver que les acheteurs se laissent emporter par l’émotion et par l’excitation du processus d’achat, et ceux-ci finiront par se retrouver propriétaire d’une maison qui sera finalement trop grande ou trop petite. Il arrive parfois que ceux-ci ressentent un désir très grand de vouloir travailler sur la maison et d’y apporter quelques réparations et modifications qu’ils ne veulent plus nécessairement entreprendre une fois que l’excitation est passée. Prenez le temps de clarifier vos désirs et vos besoins. Mettez-les par écrit et utilisez-les comme base vous permettant de comparer les maisons que vous visiterez.

 3. Les titres de la propriété semblent litigieux ou comportent des erreurs

Dès le début des négociations, assurez-vous que vous disposerez de votre maison librement et sans problèmes en procédant à une recherche de titre complète. La dernière chose que vous désirez lors d’une transaction est de découvrir des charges sur la propriété tels des privilèges fiscaux, des propriétaires non divulgués, des servitudes, baux ou autres.

 4. Certificat de localisation pas à jour

Lorsque vous présentez une offre d’achat, assurez-vous qu’un certificat de localisation de la propriété ait été réalisé, délimitant clairement vos obligations. Si le certificat n’est pas à jour, il se peut que des changements réalisés n’y soient pas été révélés (par exemple des ajouts à la maison, une nouvelle piscine, la nouvelle clôture d’un voisin dépassant la ligne de son terrain, etc.). Soyez vigilant par rapport à ces problèmes.

5. Réparations non révélées

Ne vous attendez pas à ce que chaque vendeur soit au courant de tous les détails physiques qui sont à vérifier sur leur maison. Vous et le vendeur êtes là pour maximiser votre investissement. Assurez-vous de procéder à une inspection minutieuse de la maison et ce, en début de processus. Demandez à ce que le travail soit fait par un inspecteur indépendant qui pourra évaluer objectivement l’intérieur et l’extérieur de la maison afin que le contrat final se base sur le rapport d’inspection. L’inspecteur devrait être en mesure de vous remettre un rapport de tous les items ayant besoin d’être réparés avec les coûts approximatifs y étant reliés.

 6. Ne pas se procurer de pré-approbation hypothécaire

Une pré-approbation hypothécaire est en général rapide, facile à obtenir et gratuite. Lorsque vous obtenez une pré-approbation hypothécaire, vous pouvez magasiner les maisons en ayant un sentiment de liberté et de sécurité, sachant que vous avez le montant disponible pour la maison de vos rêves.

 7. Problèmes reliés au contrat

Advenant que le vendeur ne se soumette pas au contrat en négligeant de s’occuper de certains problèmes, ou encore que ce dernier décide de modifier l’esprit du contrat de quelque façon que ce soit, le résultat pourrait être de retarder la signature du contrat et ainsi retarder l’entente finale. Prenez de l’avance et prévoyez une somme qui vous permettra de couvrir les dépenses reliées aux articles que le vendeur ne voudrait pas couvrir lui-même. Ensemble, préparez une liste de problèmes et survolez-la point par point.

 8. Coûts cachés

Assurez-vous de découvrir et d’identifier tous les coûts – les petits autant que les plus importants – dès le début. Lorsque le contrat est conclu, il arrive parfois de découvrir certains frais ajoutés aux frais déjà mentionnés, par exemple les coûts du notaire et contrat de prêt, les frais de souscription, etc. Tentez de comprendre ces frais et de les découvrir à l’avance en les mettant par écrit en totalité.

 9. Se dépêcher de conclure

Prenez votre temps à cette étape critique du processus, et insistez afin d’avoir accès à tous les documents bien avant la signature. Assurez-vous que la documentation reflète parfaitement votre compréhension de la transaction, en vous assurant que rien n’ait été ajouté et enlevé. Le taux d’intérêt est-il le bon? Est-ce que tous les éléments ont été couverts? Si vous passez trop vite à travers cette étape du processus la journée même de la conclusion de la vente, vous vous placerez dans une situation de dernière minute où il sera trop tard pour revenir sur les termes du contrat, du financement, et même de la vente elle-même.

Pin It on Pinterest

Share This