fbpx

Ce que vous devez connaître relativement à votre maison, votre hypothèque et vos taxes

Une fois qu’il est porté à votre connaissance qu’un divorce peut affecter votre maison, votre hypothèque et vos taxes, les décisions critiques reliées au divorce seront beaucoup plus faciles à prendre. Une tierce partie (qui est neutre) peut vous aider à effectuer des choix logiques, au lieu de prendre des décisions teintées d’émotions.

Comment éviter de commettre des erreurs coûteuses au beau milieu d’un divorce

Le divorce représente une situation difficile qui implique de multiples problèmes émotifs et financiers devant être résolus. L’une des décisions les plus importantes à prendre a trait à ce qu’il adviendra de la maison.

Au beau milieu de cette situation difficile financièrement et chargée d’émotions, ce qu’il vous faut sont des réponses non-émotionnelles, directes et spécifiques. Une fois que vous comprenez les effets d’un divorce sur votre maison, votre hypothèque et vos taxes, les décisions à prendre sont beaucoup plus faciles. Faire appel à une tierce partie (qui est neutre) peut vous aider à effectuer des choix logiques, au lieu de prendre des décisions teintées d’émotions.

La première question que vous vous poserez sera probablement à savoir si vous désirez continuer à vivre dans cette maison. L’environnement familier de votre maison vous apporte-t-il du réconfort et une sécurité émotionnelle, ou vous remémore-t-il des souvenirs peu plaisants? Désirez-vous minimiser les changements en demeurant où vous êtes présentement, ou vendre votre maison afin de déménager et de vous offrir un nouveau départ?

Vous êtes le seul à pouvoir répondre à ces questions, et il y aura certainement des répercussions financières à votre processus de décisions. Que pouvez-vous vous permettre? Votre ancienne maison entre-t-elle dans votre nouveau budget? Le refinancement est-il une option? Ou est-il préférable de vendre et de racheter? Quelles maisons vous seront accessibles considérant votre nouveau budget? La raison d’être de ce rapport est de vous aider à vous poser les bonnes questions afin de prendre des décisions réfléchies selon votre situation.

4 options

Vous disposez de 4 options de base pour votre maison lorsque vous vivez un divorce :

1. Vendez la maison dès maintenant et procédez au partage des revenus

2. Achetez la part de votre conjoint

3. Faites en sorte que votre conjoint achète votre part

4. Conservez votre propriété

Il est important que vous compreniez les implications financières reliées à chacun des scénarios.

 1. Vendez la maison dès maintenant et procédez au partage des revenus

Votre première considération dans ces circonstances est de maximiser le prix de vente de votre maison. Nous pouvons vous aider à éviter les erreurs les plus communes que commettent la plupart des propriétaires et qui compromettent le résultat final. Alors que vous fournissez des efforts dans le but de mettre de l’ordre dans vos finances, tentez de déterminer quels seront vos revenus nets – après les dépenses reliées à la vente et après le partage des revenus. Sachez que le partage des revenus ne sera pas nécessairement 50/50, mais dépendra des arrangements convenus pour le divorce, de la source réelle des paiements ayant été effectués et de la loi à laquelle vous êtes soumis dans votre région.

 2. Achetez la part de votre conjoint

Dans le cas où vous désirez garder la maison, vous devrez déterminer la façon de continuer à faire face à vos obligations financières mensuelles, maintenant que vous ne disposez que d’un seul salaire. Si vous avez eu recours à 2 revenus afin de vous qualifier au prêt hypothécaire, vous refinancer par vous-même sera un défi.

 3. Faites en sorte que votre conjoint achète votre part

Si vous êtes la personne qui part, vous aurez l’opportunité de recommencer votre vie dans un nouvel environnement, et ce avec de l’argent en poche. Cependant, si le prêt hypothécaire initial n’est pas refinancé, la plupart des prêteurs vous considéreront vous et votre conjoint comme étant les cosignataires originaux et responsables de l’hypothèque. Cette responsabilité commune pourrait rendre difficile l’accès à une nouvelle hypothèque dans le cas où vous décidez d’acheter une nouvelle maison, même si vous n’êtes plus propriétaire légalement parlant.

 4. Conservez votre propriété

Certains couples en instance de divorce préfèrent reporter cette importante décision financière en ce qui concerne la vente de leur maison et demeurent copropriétaires pour une certaine période de temps, bien que parfois un seul des conjoints habite la maison. Cette situation temporaire implique que vous n’aurez pas de soucis immédiats à cet égard, mais gardez tout de même un oeil attentif sur le montant des taxes qui risque de changer, taxes qui ne seront pas les mêmes au moment du divorce et au moment de la vente de la maison.

Lorsque vous décidez de vendre

Lorsque votre conjoint et vous-même décidez de vendre votre maison, il sera important qu’un travail commun soit fait avec l’aide d’un professionnel afin de maximiser vos revenus. Vous devrez mettre vos différends de côté et être présents lorsque le contrat d’inscription sera rédigé. Chacun de vous devrez bien comprendre et procéder à la signature du contrat, en plus d’être actif lors des négociations finales.

Lorsque vous achetez votre prochaine maison

Utilisez les revenus de la vente de votre propriété afin de déterminer une fourchette de prix pour l’achat de votre prochaine maison. Gardez en tête que la nouvelle maison devra correspondre à votre nouvelle situation financière. Vous devrez vous renseigner auprès de votre courtier immobilier qui sera en mesure de vous offrir un service de recherche de propriétés, vous permettant ainsi de trouver une maison correspondant à vos critères.