fbpx

La fièvre immobilière continue de monter de quelques degrés. En février, le prix des maisons dans la région de Montréal a bondi de 100 000 $ en un an !

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) a dévoilé ses données pour le mois de février en fin de journée mardi. Les statistiques proviennent de la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

L’APCIQ commence à manquer de mots pour décrire l’inflation dans les prix qui s’accélère. « Avec des conditions de marché toujours très à l’avantage des vendeurs, les prix médians continuent de connaître une accélération spectaculaire sur fond de surenchères. L’unifamiliale atteint le prix médian de 460 000 $ (+28 %), soit 100 000 $ de plus qu’il y a 12 mois à peine, écrit l’Association dans son communiqué.

Sur la Rive-Sud, le prix médian (celui qui découpe l’échantillon en deux parties égales) est passé de 373 000 $ à 475 000 $, une hausse de 27 % en un an. Ailleurs dans la région, les hausses vont de 87 000 $, sur la couronne nord, à 121 000 $, sur l’île de Montréal.

Le manque d’inventaire et les prix de fous ont toutefois fait reculer le nombre de maisons qui ont changé de mains dans le dernier mois. En fait, les ventes résidentielles sont en baisse de 3 % dans la RMR de Montréal « pour la première fois depuis 2015 durant cette période de l’année », précise l’APCIQ.

« En février, l’activité de la copropriété [+8 %] a compensé la baisse des ventes de l’unifamiliale [-14 %]. La chute de l’inventaire des propriétés disponibles à la vente et la hausse fulgurante des prix de l’unifamiliale expliquent en partie l’augmentation des transactions en faveur de la copropriété et du plex [+19 % pour ces immeubles de 2 à 5 logements] », souligne Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché à l’APCIQ, dans le même communiqué.

Baisse de prix au centre-ville

Ce n’était qu’une question de temps avec un centre-ville déserté depuis un an. C’est devenu une réalité en février, le prix des condos au centre-ville a commencé à reculer. « L’écart entre le prix médian des copropriétés du centre-ville de l’île de Montréal (en baisse) et de la banlieue (en forte hausse) tend à se réduire significativement », observe M. Brant.

D’ailleurs, la hausse du nombre de condos à vendre s’est poursuivie en février (+10 %), phénomène qui se manifeste essentiellement sur l’île de Montréal (+54 %). Pour les maisons, c’est l’inverse. Les inscriptions en vigueur continuent leur chute (-51 %), notamment en banlieue. Par exemple, il reste moins de 1000 maisons à vendre dans toute la Rive-Sud, une baisse de 51 % par rapport au nombre d’inscriptions en vigueur en février 2020.

 

 

Source: La Presse

Pin It on Pinterest

Share This