fbpx

Les acheteurs ont tendance à lever le nez sur certaines propriétés lorsqu’ils cherchent une maison, et un pourcentage élevé des propriétés sur le marché ne se vendent pas à la première tentative de vente. Il est plus important que jamais pour vous de comprendre comment éviter les erreurs coûteuses commises par les vendeurs afin que vous soyez en mesure de vendre votre maison rapidement au prix le plus élevé.

La plus grosse erreur que les vendeurs commettent lorsque ceux-ci mettent leur maison en vente est de tenter de vendre au prix le plus élevé, la plupart d’entre eux se sentant désavantagés et mal équipés afin d’atteindre ce but. D’abord, fixer un prix sur une maison est une science imparfaite, le marché instable étant un facteur rendant complexe la fixation du prix. De plus, les habiletés de négociation de la personne responsable de la vente de votre maison aura un impact sur le prix que cette personne sera en mesure d’aller chercher pour votre propriété.

Négocier efficacement n’a pas à être aussi difficile et intimidant que vous le pensez. Si vous utilisez une démarche ayant déjà fait ses preuves – et en connaissez bien le langage et les signes – vous pouvez facilement utiliser le processus à votre avantage.

4 erreurs communes que les vendeurs ont l’habitude de faire en négociation

Voici 4 erreurs communément faites par les vendeurs à la table de négociation :

 1. En dire trop pendant la présentation de l’offre

Les première et deuxième règles en négociation sont de a) connaître ce qu’il vous est légalement possible de divulguer, et b) ne pas en mentionner d’avantage devant des gens qui ne représentent pas complètement vos intérêts. Il est très important que l’acheteur pense à ce qu’il s’apprête à dire avant de le verbaliser. Ce que vous dites à la table de négociation sera probablement utilisé à l’avantage de l’acheteur, alors n’en dites pas plus qu’il ne le faut. Par exemple, dans le cas où vous seriez avec votre agent ainsi qu’avec l’agent de l’acheteur afin de réviser une offre, et qu’à ce moment vous divulguiez le montant le plus bas auquel vous êtes prêt à conclure, vous pouvez vous assurer que le courtier révélera l’information à son client. Vous perdrez ainsi l’occasion de conclure à un prix plus élevé. Rappelez-vous que vous n’êtes pas tenu de parler devant l’agent de l’acheteur étant donné que celui-ci représente les besoins de l’acheteurs, pas les vôtres. Il est approprié de lui demander de quitter avant d’entreprendre vos discussions concernant les détails de l’offre avec votre agent.

 2. Ne pas prendre un temps de réflexion face à une contre-offre

Plusieurs vendeurs ressentent une pression de répondre immédiatement à une offre leur étant présentée. Rappelez-vous que négocier le prix de votre maison est une étape critique, vous avez donc le droit de prendre le temps qu’il vous faut afin de répondre efficacement à une contre-offre. Tel que déjà mentionné, vous pouvez prendre quelques minutes pour vous entretenir avec votre agent, sans que l’agent de l’acheteur soit présent. Vous pouvez même si vous le désirez prendre un certain temps afin de discuter avec votre avocat qui vous conseillera sur les prochaines étapes à entreprendre. Assurez-vous qu’il sera possible de le contacter et de lui envoyer l’offre par fax. Un moment de réflexion et l’opinion objective d’une tierce partie vous permettra d’avoir les idées claires et prendre des décisions efficaces.

 3. En donner beaucoup trop à la partie adverse

Plusieurs vendeurs ont l’impression qu’ils doivent donner aux acheteurs certains items leur appartenant, tels leurs appareils ménagers, l’éclairage, la draperie, etc. En fait, ils n’ont pas à le faire. Si ces items ne sont pas spécifiquement mentionnés dans votre inscription comme étant inclus avec la maison, vous n’êtes pas du tout tenu de les remettre aux prochains propriétaires. De plus, vous devriez garder ces items en suspens le temps d’être bien informé de ce que peut impliquer de vous retrouver dans une situation où les 2 courtiers (celui de l’acheteur et le vôtre) proviennent de la même agence immobilière. En demandant l’avis d’un courtier immobilier expérimenté ainsi que l’avis d’un avocat, vos compétences en négociation seront plus efficaces lors du processus de vente. Une fois les négociations plus avancées, il arrive souvent que le vendeur et l’acheteur en arrivent à un prix satisfaisant pour les 2 parties, et c’est à ce moment que ces items peuvent devenir des outils intéressants de négociation. Si vous les laissez aller trop rapidement, vous venez de perdre un moyen intéressant de pouvoir négocier votre prix à la baisse. Et rappelez-vous, rien ne vous oblige à inclure ces items dans le processus de négociation, sauf si, comme mentionné plus tôt, ces biens font partie de votre inscription. Autrement, vous pouvez les considérer comme étant hors de la vente de votre maison.

 4. Une mauvaise compréhension du problème impliquant de se retrouver avec 2 courtiers provenant de la même agence immobilière

Il est possible que lorsqu’une offre est présentée sur votre maison, celle-ci provienne de la même agence immobilière à laquelle vous avez confié l’inscription de votre maison – vous-même et l’acheteur étant alors représentés par des courtiers provenant de la même agence. Lorsque cette dualité est présente, ceux-ci ont l’obligation légale de se transmettre toute l’information provenant des clients. Si vous ne souhaitez pas que l’agent de l’acheteur sache le prix le plus bas auquel vous êtes prêt à accepter de vendre, ou encore que vous pourriez inclure certains items à la transaction à un certain point des négociations (vous ne voulez clairement pas que l’acheteur soit au courant de ces faits), alors pensez à ne pas divulguer ces informations à votre courtier – ce dernier pouvant par la suite les révéler au courtier de l’acheteur travaillant au sein de la même agence. Votre agent devrait vous informer de ce qu’implique le fait d’avoir 2 agents provenant du même bureau afin de bien comprendre ce problème important.

En étant conscient de ce problème ainsi que des autres problèmes, et en ayant recours à l’aide d’un courtier immobilier expérimenté ainsi qu’à l’aide d’un avocat, vos compétences en négociation seront plus efficaces lors du processus de vente de votre maison.

Pin It on Pinterest

Share This