fbpx

Comment vendre cet endroit que vous appelez votre maison?

Vous n’avez aucunement besoin de vous retrouver avec des obligations financières n’étant pas prévues dans votre budget et qui vous retarderont dans la prise de possession de votre nouvelle maison

Possédez-vous présentement une maison vide que vous devrez éventuellement vendre pour une nouvelle maison? Est-ce le temps pour vous de vous procurer une demeure plus petite ou encore de déménager dans une propriété qui correspond à ce que vous recherchez pour la retraite?

Tout comme plusieurs vendeurs, suite à des années de va et vient des enfants qui entrent et sortent de la maison, font traîner leurs objets sur votre plancher ou encore laissent jouer leur musique, vous découvrirez que vous pouvez désormais entendre une mouche voler à travers le bruit de fond du réfrigérateur. Vos chambres sont remplies de photos et de souvenirs de ce merveilleux temps passé dans cette maison, mais plusieurs pièces vides et poussiéreuses s’offrent maintenant à vous maintenant que les enfants ont quitté. Vous imaginez les années de liberté à venir qui vous semblent excitantes. Peut-être est-il également venu le temps pour vous de déménager.

Si vous vous retrouvez dans cette situation, plusieurs belles opportunités vont se présenter, vous permettant de commencer un nouveau chapitre de votre vie… si vous êtes en mesure de faire ressortir le meilleur de ce que vous avez bâti pendant toutes ces années dans votre maison actuelle.

Pour vous aider à bien saisir les problèmes impliqués lorsque vous devez prendre cette décision importante et comment éviter de commettre les erreurs les plus communes et coûteuses, ce rapport a été préparé afin de vous aider à entreprendre la prochaine étape.

Comment vendre cet endroit que vous appelez votre maison

Vendre votre maison représente une étape importante de votre vie. Ce rapport incluant 9 étapes vous outillera afin de maximiser vos profits, garder le contrôle et ainsi réduire votre stress relié au processus de vente d’une maison :

1. Sachez pourquoi vous vendez, mais gardez vos raisons pour vous-même.

Vos motifs de vente affecteront la totalité du processus, de la détermination du prix au temps et à l’argent que vous désirez investir dans la préparation de votre maison pour la vente. Déterminez ce qui est le plus important pour vous : l’argent que vous recevrez, le temps que votre maison sera sur le marché, ou encore les deux. Des buts différents dicteront des stratégies différentes.

Ne dévoilez pas vos motivations aux autres qui pourraient les utiliser lors des négociations. Lorsqu’on vous posera la question, répondez simplement que votre maison actuelle ne répond plus à vos besoins.

2. Faites vos devoirs avant de fixer un prix

La détermination du prix de vente ne devrait pas être prise à la légère. Une fois votre prix fixé, vous indiquez aux acheteurs le prix maximum que ceux-ci doivent débourser pour l’acquisition de votre maison, et un prix trop élevé peut s’avérer aussi dangereux que de fixer ce même pris à la baisse. Rappelez-vous que l’acheteur-type s’intéresse à 15-20 propriétés au même moment qu’il considère la vôtre, ce qui signifie que celui-ci détient une base de comparaison, et advenant que votre maison ne se positionne pas favorablement par rapport aux autres au niveau du prix, vous ne serez pas pris au sérieux par les acheteurs ou encore par les agents. Finalement, votre maison risquerait de rester sur le marché pour une longue période de temps, et ce, à leur connaissance. Les nouveaux acheteurs pourraient penser que quelque chose fait défaut avec votre maison.

3. Découvrez le prix demandé pour des maisons comparables

(En fait, votre agent devrait le faire pour vous). Découvrez le prix demandé pour des maisons comparables se situant dans votre quartier et dans des quartiers similaires et ayant été vendues dans les 6 à 12 derniers mois, et tentez également de découvrir à quel prix sont inscrites les maisons actuelles sur le marché. En général, c’est de cette façon que les acheteurs potentiels évalueront la valeur de votre maison.

4. Trouvez un bon courtier immobilier qui pourra répondre à vos besoins

Près du trois-quarts des propriétaires prétendent qu’ils ne referaient pas appel à l’agent ayant vendu leur dernière maison, ceux-ci étant insatisfaits de la communication avec leur courtier immobilier qui ne fournit pas assez de feedback, ce qui mène à des prix plus bas et à des relations tendues.

5. Maximisez votre potentiel de vente

Les apparences sont critiques, et il est impossible de les ignorer lorsque vous vendez votre maison. 

Vous ne pouvez modifier l’emplacement de votre propriété ou encore son architecture, mais il vous est possible de poser certains gestes afin d’améliorer les apparences de celle-ci. L’apparence et ce que dégage votre maison sont les facteurs qui peuvent générer des émotions chez les acheteurs. Avant de procéder à une visite, assurez-vous de nettoyer comme jamais vous ne l’avez fait auparavant. Nettoyez, rangez le désordre et ramassez la poussière. Réparez ce qui est brisé, même les détails pouvant paraître insignifiants. Préparez votre maison afin de générer de l’admiration de la part des acheteurs potentiels.

Permettez-leur de se visualiser dans votre maison. La décision de procéder à l’achat d’une propriété est basée sur l’émotion et non sur la logique. Les acheteurs potentiels veulent faire l’essai de votre maison tout comme ils essaieraient un nouveau morceau de vêtement. Ce qui pourrait les empêcher de se sentir à l’aise au point de ne pas être en mesure de s’imaginer eux-mêmes propriétaires serait par exemple de les suivre dans la maison en leur indiquant les améliorations apportées au fil du temps. Une décoration sortant trop de l’ordinaire pourrait aussi avoir cet effet au point où l’acheteur a de la difficulté à imaginer la propriété décorée autrement.

6. Permettez aux acheteurs de facilement trouver de l’information sur votre maison

Vous serez peut-être surpris d’apprendre que certains instruments de vente communément utilisés par les courtiers immobiliers (telles les visites libres) ne sont en réalité pas très efficaces. Seulement 1% des maisons sont vendues suite à une visite libre. De plus, les acheteurs potentiels qui appellent dans le but d’obtenir des informations sur votre maison considèrent leur temps comme étant précieux, tout comme le vôtre. Ils ne désirent aucunement être soumis à un jeu où ils ne sont pas capables de rejoindre le courtier immobilier ou encore d’avoir à subir un discours de vente de la part de l’agent. Assurez-vous que la publicité placée pour votre maison soit rattachée à un enregistrement 24 heures comportant le numéro d’identification de votre maison permettant aux acheteurs d’obtenir les informations détaillées sur votre propriété de jour comme de nuit, 7 jours par semaine, sans que ceux-ci n’aient à parler directement à quelqu’un. Il est prouvé que 3 fois plus d’acheteurs appelleront pour obtenir des informations sur votre maison lorsque vous utilisez ce système. Et surtout, rappelez-vous : mieux vaut qu’un grand nombre d’acheteurs soient en compétition pour votre maison, créant ainsi de la surenchère vous permettant de réellement être en contrôle de la situation.

7. Apprenez à connaître vos acheteurs

Lors du processus de négociation, votre objectif consiste à contrôler le rythme et la durée des négociations. Quelles sont les motivations réelles de l’acheteur? Celui-ci doit-il déménager rapidement? A-t-il les moyens financiers d’acheter votre maison? Être sensible à ces informations vous permettra d’avoir un certain pouvoir lors des négociations puisque vous saurez jusqu’où vous pouvez aller pour parvenir à vos fins.

8. Assurez-vous que le contrat est bien constitué

En tant que vendeur et partie au contrat, assurez-vous de tout dévoiler. Les vendeurs intelligents vont audelà des lois et vont révéler aux acheteurs toutes les défectuosités et les mettre par écrit. L’acheteur conscient du problème ne peut donc pas revenir par la suite avec des poursuites judiciaires.

Assurez-vous que tous les termes, coûts et responsabilités soient inscrits au contrat de vente, et résistez à la tentation de déroger au contrat. Par exemple, si l’acheteur demande à prendre possession avant la date de la signature, répondez-lui que c’est impossible. Ce n’est pas le moment de prendre la chance que l’engagement échoue.

9. Ne déménagez pas avant d’avoir vendu

Les études ont démontré qu’il est beaucoup plus difficile de vendre une maison inhabitée, celle-ci paraissant oubliée ou tout simplement non-attirante. Il pourrait vous en coûter des milliers de dollars. Si vous quittez, vous envoyez un message aux acheteurs que vous détenez maintenant une nouvelle maison et que vous êtes donc extrêmement motivé à vendre rapidement, ce qui leur donnera du pouvoir à la table de négociation.

Pin It on Pinterest

Share This